La négociation collective pour assurer votre avenir

En devenant membre d'un syndicat, les travailleuses et travailleurs ont la possibilité de s'exprimer sur leurs conditions de travail. Lorsque les travailleuses et travailleurs ont leur mot à dire sur leur lieu de travail, cela ne signifie pas qu'ils sont contre leur employeur. Ils soutiennent toujours la réussite de leur employeur. Il n'est pas nécessaire que ce soit dans un sens ou dans l'autre. Le succès de WestJet devrait se traduire par des emplois plus sûrs et plus stables pour les travailleuses et travailleurs.

Ce n'est pas ce qui s'est passé récemment. Les travailleuses et travailleurs non syndiqués de WestJet ont vu Onex sous-traiter de bons emplois dans le secteur aérien à des fournisseurs tiers. Les travailleuses et travailleurs syndiqués, quant à eux, ont continué à négocier collectivement avec leur employeur.

Il devient évident qu'une voix collective avec le syndicat est la seule façon de préserver vos emplois et de négocier les conditions de travail. Une fois que nous aurons obtenu suffisamment de soutien pour présenter une demande d'accréditation à la Commission des relations de travail, nous pourrons commencer à travailler avec vous sur ce que vous aimeriez voir dans votre convention collective.

En devenant membre d’un syndicat, les travailleuses et travailleurs s'unissent pour élaborer un ensemble de règles pour eux et leur lieu de travail, et non pour appliquer une autre convention collective à leur lieu de travail.

En fait, l'une des premières choses que nous faisons lorsque nous syndiquons un nouveau groupe de travailleuses et travailleurs est d'élire un comité de négociation parmi les pairs et d'envoyer un sondage à l'unité de négociation pour demander à chacun ce qu'il aimerait voir dans une convention collective.

Bien que les horaires, l'ancienneté et les offres de postes fassent partie d'une convention, c'est vous qui décidez ce que cela signifie pour vous et comment cela est déterminé. La clause la plus importante que les gens doivent négocier est une « clause d'interdiction de sous-traitance » pour empêcher toute nouvelle perte d'emploi.

Une fois la convention collective conclue, elle sera présentée et soumise au vote de tout le monde.

Gains du SCFP

Dans la récente convention collective de cinq ans signée entre Onex WestJet et le SCFP, les membres du personnel de cabine ont réussi à prolonger jusqu'au 31 décembre 2022 les privilèges de voyage en attente pour les employés mis à pied de WestJet. Le personnel de cabine actif recevra une prime à la signature allant de 2 000 $ à près de 4 000 $ dans le mois suivant la ratification de l'entente. Ils recevront également des augmentations salariales générales allant de 0,5 % en 2021 à 2 % au cours des quatrième et cinquième années de la convention. Le personnel de cabine continuera de pouvoir participer au régime d'épargne collective de WestJet. Ces gains monétaires et l'augmentation des privilèges de vol amélioreront la vie des travailleuses et travailleurs, mais les véritables améliorations de cette convention collective concernent la sécurité d'emploi.

Cette convention de cinq ans comporte une clause stipulant qu'aucun membre du personnel de cabine ne sera mis à pied en raison des relations d'affaires de la compagnie avec Encore, SWOOP ou d'autres compagnies aériennes et des accords qu'elle pourrait conclure. La convention prévoit toujours une clause protégeant les emplois contre la sous-traitance.

Même la direction de WestJet semble satisfaite des résultats de cette dernière convention collective, et du processus de négociation.

« Nous sommes heureux d'avoir pu conclure notre première convention collective avec le SCFP , a déclaré Ed Sims, président et chef de la direction de WestJet. La convention collective est le reflet de la négociation fondée sur les intérêts qui a été nécessaire pour parvenir à ce résultat positif, et elle constitue un solide exemple de la façon dont nous pouvons travailler ensemble, dans le respect, avec dévouement et professionnalisme, au bénéfice de nos employés et de nos invités en ces temps difficiles. »

Prenez des mesures pour protéger votre avenir. Demandez à vos collègues de signer une carte d’adhésion à Unifor en visitant la page join.unifor.org/federalcard. Il est temps de prendre place à la table de négociation.

 


Québec
Ada Zampini, Unifor
[email protected] | 514-701-6227

Ontario
Billy O'Neill, Unifor
[email protected] | 416-605-1443

Prairies
Bruce Fafard, Unifor
[email protected] | 587-341-0945

Colombie-Britannique
Simon Lau, Unifor
[email protected] | 778-928-9630

Atlantique
Patrick Murray, Unifor
[email protected] | 506-850-7996