L'incertitude de l'industrie aérienne s'accroît chaque semaine avec de nouvelles mises à pied et des réductions de liaisons dans les principales compagnies aériennes du Canada. Cette situation est préoccupante pour les milliers de travailleuses et travailleurs qui dépendent de la forte demande de transport aérien de passagers pour maintenir leur emploi et subvenir aux besoins de leur famille.

De nombreux travailleurs et travailleuses des compagnies aériennes sont soulagés de savoir que leurs conventions collectives contiennent des dispositions relatives aux rappels et aux mises à pied afin de garantir qu'ils retrouveront leur emploi au même taux de rémunération lorsque le transport aérien reprendra et que les Canadiens reprendront leurs activités.

Malheureusement, de nombreux WestJetters n'auront pas cette même chance. Dans sa dernière correspondance, Brad Cherrington, président de l'Association des employés des aéroports (AEA) de WestJet, a dit « au revoir à un plus grand nombre de nos collègues qui quittent l'entreprise ». Il semblerait que ces travailleuses et travailleurs aient décidé de quitter leur emploi de leur plein gré au lieu d'être renvoyés sans connaître les faits. L'AEA soutient le projet de sous-traitance d'Onex WestJet au lieu de faire pression au nom des travailleuses et travailleurs qu'elle a laissés tomber.

Robert Antoniuk, vice-président Aéroports de WestJet, parle « d'adieux pleins de larmes à nos équipes de Victoria, Saskatoon, Regina et Winnipeg », puis poursuit dans son texte pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux prestataires de services. Selon les premiers rapports, ces sociétés d'assistance en escale paieront les travailleuses et travailleurs 10 dollars de moins par heure avec peu ou pas d'avantages.

La situation est déchirante pour les fidèles WestJetters qui ont bâti cette entreprise à partir de rien, avec des années de dévouement.

Les choses auraient pu être différentes avec une convention collective négociée. Les travailleuses et travailleurs de WestJet à Toronto, Calgary, Edmonton et Vancouver ont activement cherché à contacter Unifor pour s'enquérir de l'avantage syndical.

Ils comprennent qu'une convention collective peut fournir des dispositions claires couvrant les droits de rappel sur leur lieu de travail actuel, les droits de supplantation vers d'autres bases et une indemnité de déménagement si les travailleuses et travailleurs choisissent d'être transférés. Ils sont heureux d'apprendre qu'il est courant que les conventions collectives d'Unifor contiennent des dispositions interdisant la sous-traitance des emplois.

Avec un syndicat, vous n'êtes pas seul lorsque votre employeur tente de modifier vos conditions d'emploi. En tant que membre d'un syndicat, vous avez une véritable voix sur le lieu de travail.

Grâce au syndicat, nos membres chez Air Canada ont pu négocier des mesures d'atténuation supplémentaires pour réduire les suppressions d'emplois. Ils ont négocié avec succès trois programmes volontaires avec l'employeur pour compenser le plus grand nombre possible de réductions involontaires d'effectifs. 1) Programme d'achat de jours de congé 2) Partage d'emploi 3) Semaine de travail réduite.

Il est temps de se battre pour une véritable représentation afin de protéger les bons emplois des compagnies aériennes. Il est temps d’adhérer à Unifor pour vous assurer que vos intérêts sont représentés. Même ceux qui sont en sécurité aujourd'hui et qui survivent à ces réductions sont confrontés à des risques à l'avenir, car l'impact de la pandémie continue de se faire sentir s'ils ne disposent pas d'une convention collective protégeant leurs droits.

join.unifor.org/federalcard

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez signer une carte d’Unifor ou aider vos collègues à signer une carte, veuillez contacter l'un de vos recruteurs.


Québec
Ada Zampini, Unifor
[email protected] | 514-701-6227

Ontario
Billy O'Neill, Unifor
[email protected] | 416-605-1443

Prairies
Bruce Fafard, Unifor
[email protected] | 587-341-0945

Colombie-Britannique
Simon Lau, Unifor
[email protected] | 778-928-9630

Atlantique
Patrick Murray, Unifor
[email protected] | 506-850-7996