Le 15 février 2021, Thomas Brown de Menzies Aviation a envoyé des offres d'emploi aux travailleuses et travailleurs de WestJet mis à pied et à ceux qui ont perdu leur emploi en raison de la sous-traitance. M. Brown, lui-même un ancien de WestJet, a rejoint Menzies Aviation en tant que directeur régional de l'Ouest du Canada.

La lettre offre aux travailleuses et travailleurs de WestJet la possibilité d'obtenir un emploi dans cinq aéroports entourant YVR : Abbotsford, Victoria, Nanaimo, Comox et Kamloops. Les WestJettters qui rejoignent Menzies sont admissibles à la structure salariale suivante : 15,20 $ pour l'équivalent d'un agent SCA, 16,20 $ pour l'équivalent d'un chef des opérations. Quelques avantages sont fournis, mais seulement pour ceux qui travaillent à plein temps.

Cette offre d'emploi est un bon coup d’affaires pour Menzies Aviation, qui dispose de travailleuses et travailleurs parfaitement formés pouvant facilement faire la transition. En revanche, les travailleuses et travailleurs font tous les sacrifices, et le salaire sera de 12 à 15 $ de moins par heure avec peu ou pas d'avantages.

Onex WestJet économise de l'argent en sous-traitant le travail, Menzies facture à Onex WestJet un montant plus élevé par heure que ce qu'elle paiera aux nouveaux salariés, et l’employé gagne moins d'argent qu'il n'en gagnait lorsqu'il travaillait pour WestJet. Ces actions ne sont que pure cupidité et sont typiques lorsque le capitalisme n'est pas contré par le pouvoir des travailleuses et travailleurs représentés par un syndicat.

Il est préoccupant que ces sites entourent YVR, et il est possible qu'une fois la transition réussie, tant Onex WestJet que Menzies poursuivent d’autres ententes d'expansion.

Avec une convention collective d’Unifor, plusieurs dispositions auraient pu figurer dans la convention collective interdisant la sous-traitance d'emplois, des dispositions fermes sur les mises à pied et le rappel, permettant aux travailleuses et travailleurs de se déplacer vers d'autres sites pour remplir leurs engagements de travail. En outre, tous les travailleurs et travailleuses auraient un emploi à réintégrer une fois que le secteur du transport aérien aura retrouvé sa capacité normale.

On craint vraiment que sans une convention collective d’Unifor, les travailleuses et travailleurs des quatre autres aéroports de WestJet, YYZ, YYC, YEG et YVR, ne subissent le même sort quant à la sous-traitance.

Prenez des mesures pour protéger votre avenir, parlez à vos collègues de la possibilité de signer une carte de membre d’Unifor, ils peuvent le faire sur le site join.unifor.org/federalcard

 

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez signer une carte d’Unifor ou aider vos collègues à signer une carte, veuillez contacter l'un de vos recruteurs.


Québec
Ada Zampini, Unifor
[email protected] | 514-701-6227

Ontario
Billy O'Neill, Unifor
[email protected] | 416-605-1443

Prairies
Bruce Fafard, Unifor
[email protected] | 587-341-0945

Colombie-Britannique
Simon Lau, Unifor
[email protected] | 778-928-9630

Atlantique
Patrick Murray, Unifor
[email protected] | 506-850-7996

 

{{broadcaster.name}}
{{settings.site.full_url}}